I watched Gladiator for the first time and I was high on magic truffles.

My boyfriend won space truffles on a website, so we ate them with M&Ms, while sipping Martinis.  That’s our idea of a fun Saturday night at home, I guess. I’ll tell you what happened next.

It takes a full hour before the trip starts – we checked on the website, where there’s an accurate description of the effects and dosage (get high responsibly, folks)- we are expecting the hallucinations to come blow our minds away soon, and we decided to watch a movie in the meantime. I chose Gladiator from Boyfriend’s old hard disk.

I’ve never had truffles before, it’s my first time, and I’m also going to watch Gladiator for the first time, so I’m excited because I love trying new things. Boyfriend’s shocked that I’ve never seen Gladiator before, because I’m 30 and italian. Well, in my defense, I was 9 when it was released and my parents told me that I was too young to watch that kind of stuff. “It will give you nightmares” they said and – eww ! I’ve just seen a human body being cut in half and fall in two separate pieces, so yes, they were right, it is so graphic I would have had nightmares for sure. But I am not a child anymore : I’m an adult on drugs, and I’m ready to enjoy this masterpiece.

Indeed, I enjoy hyper-masculine movies, they always make me laugh and eye roll – 🙄  which is my favorite mood – and like it or not, this movie is iconic. So many commercials used the music that I already know the soundtrack by heart despite I’ve never watched it before. Speaking of Gladiator and commercials : who remembers this?

Still nothing going on the truffle front though, and it’s already been a hour, so I’m starting to get annoyed, and worried. Boyfriend checks again on the website to be sure that we took the right dosage, and it seems like we had a little more than what’s advised, so it’s quite odd that we still feel nothing. Russell just spoke his famous line : « I will give them something they have never seen before » and I must say that’s not what these truffles are doing to me. Well, maybe the lights are slightly more vivid, but it’s such a tiny difference that it could be placebo effect . Indeed, I’ve seen better filters on Instagram. But let’s not jump to conclusions and be a little more patienct… maybe it’s just a matter of five minutes and then I’ll see flying bananas 🍌  or whatever. I stay positive and confident.

In the meantime, the movie is triggering my national identity enough that I nearly miss Italy. I always feel nostalgic when Hollywood portraits Italy, even though I know it’s just cliches ! But most of the time it’s nice cliches, like Tuscany, for exemple ! The green hills, the cypress trees and the earthly tones color palette… just beautiful 😻  I get Maximus, you know : when I die, I’d also like to see my sexy italian wife welcoming me to our own heaven/manoir up the hill. I like the idea of a private paradise where everybody leaves me alone. Better than Dante’s one, which is a sort of 9rings-shaped luminescent mess.

When I die, please throw my ashes from the top of a hill in Tuscany.

Poor Maximus. The man just wants to smell the smell of plants in his garden and be with his family instead of making war far away from home, so relatable ! But power falls onto him like a curse and he’s forced into it, loses everything because of it and finally, he sacrifices himself to it in order to change it – a classic messianic, hyper-masculine narrative, always entertaining. Guy loses it all, then change the world and get revenge at the same time. It’s so cliche, but when you got 103 million dollars to spend, the cliche looks good at least ! And I’m an aesthetics enthousiast, so well done, Hollywood.

Then suddenly, before I realize what’s happening, I burst into tears. 😭
« Hey! What’s going on? Are you alright? » Boyfriend looks worried 😦  while I blow an impossible amount of snot and tears out my nose into a tissue.
« I THINK IT’S THE TRUFFLES !!! » I scream in a squeaking voice to his face, which is literally next to mine. I’m not sure, but well, I’m suddenly crying out of nothing so yes, I guess it’s probably the truffles. Boyfriend puts on pause and tries to understand the situation. He asks questions that I can’t manage to answer because of all the snot and the squeaking. I try to breathe long enough through the snot to form a full sentence, the most informative one I can : « TRUST ME I’M COMPLETELY NORMAL INSIDE, IT’S JUST MY FACE ! I CAN’T CONTROL IT » I try to reassure him while crying weirdly. Then I laugh so violently than I nearly choke myself with the snot. For the next twenty minutes the situation is completely non sense and I just cry and laugh alternatively while I empty my nose in paper tissues.
« Try to relax » boyfriend says, but I can’t control the volume of my voice or the sticky waterfall that my face has turned into. I’m so surprised of this reaction that I don’t feel any feeling inside other than total weirdness.
« YOU BETTER GET USED TO THIS ! I MIGHT BE LIKE THIS FOR THE NEXT SIX HOURS ! » (the website says the trip lasts a few hours) « THAT’S WHY I DON’T TAKE DRUGS! LOOK WHAT THEY DO TO ME! IT’S LIKE THEY HATE ME OR SOMETHING », but in the end, the non sense laugh/cry phase only lasts half a hour. After that, I get my self-control back, my body starts to feel heavy and I manage to calm down. We press play and go back to the movie.

You know, in hyper-masculine movies there are only a few women and they’re always conventionally sexy. They’re also quite silent and decorative, overall they’re in the story to covre the mother/sister/daughter/girlfriend role and of course they’re cast to please the man’s eye. Italian women are no exception. We have 2 big stereotypes about Italian women : when they’re young they’re sexy and when they’re older they’re mamma. But there’s no mamma in hyper-masculine movies and I’m young enough to be expected to be sexy, so it’s a lot of pressure to, you know, seeing italian women in movies. There’s a huge amount of male gaze in the cinema industry in general, but the italian female is a particular kind of female : not only a woman, but Italian, therefore impossibly stubborn, a little insane and dangerous by default. Of course that’s just another cliche, but it’s worth notice that Italian women are always characterized sensual, exotic, with a strong personality, but also obedient to male authority – because hello, patriarchy! – and somehow always ready to cut male throats in their sleep – because goodbye, patriarchy! – so in the end, the message I get is always : beware of Italian women, because they’re women and italian.
For the anecdote, sometimes, some people feel the need to tell me that they love Monica Bellucci in the exact moment they discover that I am Italian. Why is that ? I find myself in that situation quite regularly, it happened numerous times over these last 10 years. Well, I always nod and smile when it happens, because I get that – as fucked-up it can be – for those people it’s just an attempt to tell me that they appreciate my culture, or whatever : they’re just trying to be nice, and I appreciate that. But you can’t put me and Monica Bellucci in the same sentence without me politely eyerolling internally until my nose bleeds. The comparison is too much pressure. I guess that for non-italians, Italy = delicious food, sexy women and riding Vespa while licking ice cream during summer holidays. It’s just a sequence of images they saw as tourists or on screen, and I am only a trigger for those sunny Italian cliches to come out (no matter if I grew up in foggy, damp Lombardy and have nothing of the Mediterranean beauty – except for the big booty I guess). Well, in the end I’m glad that people think of Monica (and not Silvio, for instance) when they talk to me, I’m just pissed off sometimes that I’m not her and also that sometimes my behavior is classified as « Italian » instead of just bold/arrogant/impulsive/proud.

By the way, of course Italian reality is so much more complex and less appealing than cliches. As beautiful the places can be and as delicious the food can taste, I couldn’t live in Italy without having a nervous breakdown. Nevertheless, when someone compliments Italy, I always take it personally. That, I think is a national thing. We always take the beauty of our country personally. As Italians, we tend to brag as a form of identity (see « Italians do it better », our most famous motto/delirious national ego-trip) and we are quite proud of our culture and country. Even the grumpiest ones (hello, it’s me) will tell you that it’s the most beautiful country in the world, no offense for the others. Through all that beauty, you can even forget for a while that the whole place is ravaged by corruption, bigotry and poverty. You know how it works in the Mediterranean countries : the weather, the lifestyle, the history, the stunning monuments, the UNESCO sites – it all helps tolerate a place governed by clowns. A friend of mine told me once that the beauty of our country makes up for its politics.

Anyway, I can’t relate much to Monica, we have completely different lives, except for the fact that we both are Italians who chose to live in France, I guess. She also played Mary Magdalene, my favorite biblical character, so we can make the full circle and go back to our Christ-Gladiator Russell Crow, the typical hero who doesn’t speak much (a man of action). I particularly enjoyed when he says that Death smiles at Us All and we should smile back, or whatever. Good punchline !

On the truffles side, they are dizzying my view, but nothing so incredible. I stay with my previous statement : I’ve seen better filters on Instagram, so what’s the point? Well, at least I stopped laugh-crying.🙄 

So the movie is over now, and the lesson is learned : vengeance is a dish best served cold. See? It’s always about food when you set something in Italy! Anyway, Joaquin Phoenix plays the perfect toxic spoiled (italian) guy – I know what I mean – he fits the character perfectly and in the end he gets what he deserves. What goes around comes around, bitch.

Regarding the truffles though, I have mixed feelings. In the end, I expected more vivid colors and visual stuff, instead I got weirdly hypersensitive and emotional, which I am already when I’m sober (bummer). I went through that bizarre phase where my mind was fine but my face couldn’t help bursting in tears and laughing uncontrollably – it was kind of fun. The screaming was also quite funny in Boyfriend’s opinion and he enjoyed watching me tripping. Well, I’m always happy to entertain a public, so I guess I’ll leave a reasonably good review on the truffle website. And 3.5 stars to Gladiator.

Il y a 12 ans aujourd’hui j’ai vu RATM en concert et je n’ai même pas une photo pour le prouver.

Comme tout le monde, j’ai commis pas mal d’erreurs dans la vie et pourtant, il n’y a pas beaucoup de choses que je regrette vraiment. C’est peut-être parce que d’habitude j’attends assez longtemps pour que mes conneries finissent par révéler un revers positif insoupçonné. Mais il y a des choses pour lesquelles je suis bien obligée d’admettre avoir fait de la merde : la négligence que j’ai montré par le passé vis-à-vis de mes anciens disques durs en est une. Je pense à la tour de mon vieil ordinateur que j’ai laissé chez mes parents quand je me suis barrée d’Italie. Un jour, j’irai le récupérer, je me disais.
Et bien j’ai eu sept ans (SEPT ANS) pour aller le chercher et m’occuper d’extraire mon archive de photos, mais je ne l’ai jamais fait. Résultat: mes parents ont vidé la cave et à l’heure où j’écris LE disque dur avec toute mon adolescence dedans se trouve probablement quelque part dans une déchetterie abusive.

Je regrette, ô combien. J’ai mis du temps à accepter d’avoir perdu les souvenirs qu’il contenait : les photos des sorties avec les copines, mes premiers nudes, et surtout, tous les souvenirs de concerts. Ça me fait toujours mal au coeur et je ne peux pas m’empêcher de penser à ce qu’il se passerait aujourd’hui si j’avais agi autrement. Si je n’avais pas procrastiné mon backup, aujourd’hui je pourrais aller piocher une belle photo dans mes archives en toute simplicité et la poster en écrivant: « Wow ! Regardez: il y a 12 ans aujourd’hui j’ai vu Rage Against The Machine ! »

C’est dommage que personne ne puisse admirer mon look flamboyant d’ado perturbée ce jour-là… Essayez d’imaginer: cheveux courts couleur violine, jean gris délavé déchiré aux genoux et décoré avec des paroles de chansons écrites au marqueur, ceinture cloutée, t-shirt Nirvana coupe DIY et grosses DC rose et noires au pieds. Au moins trois chaines au cou et une couche épaisse de bracelets à chaque poignée, composée surtout de lacets de Chuck Taylor Converse All Stars et de bracelets en cordelette tressés par mes soins.

C’était le 14 Juin 2008, et j’ai l’oreille collée à mon Nokia à clapet et j’attends qu’on décroche de l’autre côté.

« Elle ne répond pas », j’annonce à G et L, respectivement mon ex et un bon pote du lycée. On était sur le quai, gare de Milano Centrale, et on attendait le train qui allait nous amener à Modena, à ce concert qu’on n’aurait jamais cru pouvoir vivre un jour. I mean, Rage Against The Machine ! Avant, c’était juste l’énième groupe trop bien que je n’aurais jamais vu jouer parce que j’étais née à la mauvaise époque. Ça me foutait le seum quand je pensais à tous les artistes que j’avais loupé à jamais – surtout ceux qui étaient morts car eux, c’était sûr qu’ils allaient pas fair un reunion tour. Mais un jour un truc magique s’est produit, un truc auquel personne ne s’attendait et pour lequel on doit paradoxalement remercier la présidence Bush: Rage Against The Machine avait annoncé sa réunification ET un tour, le premier depuis leur séparation en 2000, séparation advenue pile le jour de mon anniversaire (c’est vraiment vrai! 18 Octobre 2000, alors que je fête mon 9ème anniversaire avec toute l’insouciance du monde, Zack De La Rocha se casse de RATM – c’est trop une coïncidence de fou pour ne pas l’inclure dans le récit). Ma réaction au début avait été WTF?! Pour de vrai?  Et il y a un tour?!  Et quand les dates du tour avaient été annoncées, j’avais demandé à mon père de passer au bureau de tabac en rentrant du boulot pour m’acheter un ticket pour la seule date italienne.

Anyway, j’attendais ce jour là depuis des mois: c’était le premier weekend des vacances d’été et sincèrement, je ne pouvais pas imaginer un meilleur début. Je veux dire: Rage Against The Machine ! C’était juste impensable ! On était donc là, avec G. et L. au quais 17, avec nos sacs Eastpak sur les épaules et on attendait P, qui ne répondait pas au téléphone. P. était ma meilleure amie au lycée. On était dans la même classe, on aimait les mêmes musiques, on s’échangeait nos t-shirts Emily The Strange et l’été d’avant, son frère avait accepté de nous amener avec lui au Gods of Metal, le premier festival de musique de ma vie (où j’ai vu Korn, Ozzy Osborne et beaucoup d’autres et bien évidemment, ces photos là étaient aussi dans le fameux disque dur, monde de merde).

« Je ne viendrai pas. Amusez-vous sans moi! », c’était le texto que j’avais reçu après ma troisième tentative d’appel dans le vide. Évidemment, je savais que quelque chose ne tournait pas rond : on ne renonce pas comme ça à un truc pareil, à une occasion pratiquement unique dans la vie ! Enfin, on gobe sa demi-boîte de Doliprane ou de Smecta et on sort conquérir le monde ! Mais les portes du train venaient de s’ouvrir et le temps de monter, de choisir une place et réaliser encore une fois qu’on allait vraiment aller voir Rage Against The Machine le soir même, j’étais passée à autre chose. De toute façon, elle n’avait pas voulu décrocher au téléphone. Trois fois. Elle n’avait visiblement pas envie de parler, alors j’ai laissé tomber. Je crois que l’éventualité de ne pas aller au concert pour aller voir ma copine ne m’a même pas effleurée, mais Rage Against The Machine c’est rare, alors voilà établies les priorités. Elle ne m’en a pas voulu, finalement.

Aller aux concerts dans une autre ville reste une de mes activités préférées, même si je le fais beaucoup moins souvent qu’à cette époque là. Mon corps a désormais atteint sa limite de tolérance à l’inconfort général de la routine festivalière, mais à 16 ans tout est une aventure excitante. La queue à l’entrée, la poussière, la chaleur, la queue pour les toilettes, les toilettes, la fidèle couche de crasse sur la peau, produite par le mélange de tous ces éléments que je viens d’énumérer…tout fait partie de l’expérience et il y a aussi tout un tas de rituels! Le premier étant l’incontournable étape préliminaire du supermarché.

On était arrivé à Modena en fin de matinée, et notre première mission était donc trouver l’Esselunga (enseigne de supermarché italien) local et choper de quoi se nourrir à midi. On a consommé nos panini al prosciutto assis sur le béton du parking comme la tradition le veut et on est ensuite parti faire un tour dans le centre ville, en attendant l’ouverture des portes. Modena est une très joli ville, allez-y faire un tour à l’occasion, avant la fin du monde (qui approche, n’est-ce pas, 2020?). Vers seize heures on a enfin pu entrer au stade Braglia. Évidemment la scène était vide, mais comme il faisait chaud et que la bière était pas chère, j’étais déjà bourrée quand la première partie, Gallows – groupe hardcore (punk) britannique – avait commencé. C’était imbuvable. Pendant le concert de Linea 77 – un groupe hardcore (punk) de Turin – qui avait suivi, j’ai bu une grosse bouteille d’eau et je suis allée trois fois aux toilettes. Je me demande toujours comment marche vraiment la mémoire. Comment le cerveau décide ce qu’il va retenir et ce qu’il va jeter à la poubelle? Je me souviens énormément de trucs anodins de cette journée du 14 Juin 2008 et en même temps, j’ai dîné 365 jours par an pendant 19 ans avec ma famille et je n’ai que quelques flash de souvenir non spécifique de ce rendez-vous quotidien partagé avec les gens les plus chers de ma vie. Ne le dites pas à ma mère, elle me dit souvent que je suis une égocentrée sans coeur.

Mais revenons à nous. Je me souviens que après avoir été aux toilettes pour la troisième fois, je venais tout juste de rejoindre mon petit copain G quand j’ai entendu une sirène. En me tournant pour voir ce qu’il se passait, j’ai remarqué la scène plongée dans le noir.  Les gens poussaient des cris et la sirène continuait de sonner. C’était un soir chaud de début d’été, le soleil était en train de se coucher et le ciel était bleu intense, encore clair à l’horizon. On savait que cette sirène faisait partie du show. Toute l’attention était maintenant sur le rectangle noir de la scène. Avec les lumières éteintes, on ne distinguait pas grande chose là-dessus, mais après quelques minutes de suspense, quatre personnages en combinaison orange avaient fait leur apparition au centre. Des phares s’étaient allumés et étaient maintenant pointés sur eux. On comprenait enfin mieux ce qu’il se passait: les personnages avaient une capuche noire sur la tête cachant l’intégralité de leur visage, des sacs fermés autour du cou. « Ce sont les prisonniers de Guantanamo! » quelqu’un avait crié dans le public pas loin de nous. Le cri perçant de la sirène continuait de sonner, pendant que des instruments étaient apportés aux quatre silhouettes orange : une guitare, puis une basse…l’un après l’autre, chacun des quatre personnages s’était dirigé à son poste et juste avant que la sirène s’éteigne, le début d’un riff bien connu avait commencé, en provoquant une explosion de hurlements. C’était Bombtrack et je m’en souviens comme si c’était hier. En écrivant ce blog, je me suis dit que c’était quand même dommage de ne pas avoir de photo de ce jour là à partager. Je ne sais pas comment j’ai fait pour ne pas y penser avant, mais merde: Youtube ! En voyant cette vidéo que je vous mets ci-dessous, je me dis que j’ai peut-être perdu mon disque dur à jamais, mais je peux au moins remercier mon cerveau et Internet de ne pas avoir oublié cette journée inoubliable d’il y a douze ans.

https://www.youtube.com/watch?v=b59VWP2WSaM

C’était un concert mémorable. Tom Morello a balancé sa guitare sur le public. On a essayé de voir sur qui elle a atterri et si quelqu’un allait repartir vraiment avec, mais on était trop loin. Je jalousais n’importe qui arrive à choper une baguette, un médiator ou n’importe quoi d’autre venu d’un artiste que j’aimais. Le concert terminé, fatigués, sales et heureux, nous sommes sorti avec la foule et nous avons rejoint la grande marche collective vers la gare du train. Comme beaucoup d’autres, nous avons passé la nuit sur le sol en granit de la salle d’attente, en attendant le premier train du matin. J’ai dormi par terre blottie contre G et je repensais enfin à ma copine P, qui avait loupé ça. Je ne savais toujours pas ce qu’il s’était passé, pourquoi elle n’était pas venue. J’allais découvrir le lendemain la raison de son absence : P. avait reçu un appel du lycée juste avant de sortir de chez elle pour venir au train. Ils lui avaient annoncé qu’elle allait redoubler l’année. Nous ne sommes plus en contact aujourd’hui, et je me demande si elle regrette avoir loupé ce concert…